Festival international de tanka
 

Extraits de ma conférence  sur le tanka et mon évolution
 
3- Pour une définition du tanka
"Sans jamais cesser d’apprendre…En lire, en relire surtout les Japonais telle Machi Tawara, Yosano Akiko sans oublier notre premier poète de tanka Jean –Aubert Loranger qui en traça la voie au Québec. J’en conclus que le trente et une syllabes n’est ou ne doit pas être une fin en soi, mais une voie parmi d’autres pour aller plus loin dans la musicalité et en faire servir le sens.
D’où la notion progressive de poème-conversation[1] valorisée par Guillaume Apollinaire (ainsi que T.S. Eliot, notamment dans la revue The Poetry  Review auquel Apollinaire contribua) au début du XXe siècle. Une impression vers une expression par touches successives des images aux mots. Une interaction en devenir avec le lecteur, voire une conversation.
»  Le poète est au centre de la vie, et qu’il en enregistre tous les faits quotidiens, même les plus fragiles dans une sorte de lyrisme ambiant »[2]
N’est-ce pas que cette définition pourrait rencontrer celle du tanka! Pour nous amener sensiblement aux mariages des formes afin d’élargir la vision  de ce type de poème vers d’autres recherches et éventuellement de nouvelles réalisations poétiques.
a)Le point où j’en suis
En ce sens, le tanka, considéré de ce point de vue est voué à d’autres explorations sous l’égide de l’inspiration des poètes. Une métrique de plus en plus lumineuse et fluide. Impression à conversation. Vers une interaction entre le poète et le lecteur dans le temps.
 « Je ne vois plus la poésie qu’entre les lignes écrivait Pierre Reverdy ».
Vers une synthèse qui inclut les formes japonaises et les ressources du vers libre en un seul poème. J’y travaille."
 
 

 


 
[2] On peut qualifier de « poèmes-conversation » le groupe de poèmes suivants : « Lundi rue Christine », « Les Fenêtres », « Arbre » et « À travers l’Europe ».
 
.

 
 
Lancement de À sol perdu de Richard Fournier


 
                                                 Présentation et animation de Jean Dorval


"Quand un scientifique écrit des haïkus sous quel angle la nouvelle équation dévoilera son côté sensitif voire philosophique? Gaston Bachelard que Richard Fournier se plaît à citer méditait ses syllogismes autour de La Flamme d’une chandelle Beaucoup de scientifiques lisent et aiment le haïku. Pourquoi? Sans doute à cause de la simplicité qui s’unit à la rigueur rythmant la clarté.......Pour aboutir à sol perdu…l’expérience d’une centaine de pas du matin à la nuit songeuse.  Sans oublier ce clin d'oeil à Bashò et Ryokan."                   


                                                                vieux lit de mazout
                                                           la grenouille en panique
                                                               plouf! plus de marais



                                             « Attention : poésie lumineuse ! » 
                                sous la direction de Jeanne Painchaud qui explique l'événement:

"Dans le cadre du Printemps des poètes 2013 à Québec, reprise de l’exposition éphémère « Attention : poésie lumineuse ! » à partir de haïkus de poètes québécois, sur le thème du printemps. Cette fois, les lanternes-haïkus fabriquées par le public ont été accrochés dans le hall du Musée national des Beaux-Arts du Québec les 2 et 3 mars 2013, et par la suite, durant tout le mois de mars, dans les cellules de l’ancienne prison, maintenant intégrée au musée."


Jeanne Painchaud , conceptrice de l'événement.


Confection de lanternes




Participants...



                                                                     

                                                                     ... à l'oeuvre.

      Lanternes de haïkus...

...pour allumer l'inspiration
    Jean Dorval

Lumières sur la ville


Ajouter une légende
 
 
Ajouter une légende







                                                                  







                                                       


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire