Poésie tanka

                                                                                                   
           
Lancement à la Bibliothèque Étienne-Parent le 23 mars 2014



Avec Patrick Simon, Jean Dorval, Maxianne Berger

Couverture:
D'après Premier soleil, gravure de René Gaudin, I986


Extraits:

Marée noire
baleines blanches
peur bleue


Black tide
white whales
blue fear



Traces de mémoires
l'ours polaire ou le phoque
amis qui s'ignorent
le pelage le plus pâle
conscience de mes traits propres


Traces of memory
polar bear or seal
friends unaware of friends
the palest of fur
mindful of my own appearance





Revue Ribbon: recension par  Angela Leuck, p.86
Recension d'Angela Lux. Revue Gong, no. 45
             Recension de Danièle Duteil, Revue Ploc, no. 75            

                  http://www.revue-tanka-francophone.com/editions/extraits/Dorval-2014.pdf



Couverture :
 Le papillon lune, peinture faux vitrail par Francine Lacroix, 2010

Extraits:

Me prend par la main
le vent anime mes muscles
jusqu'où cette page
sur la route je m'engage
crayon, vélo, papillon


Ce n'est qu'une bruine
une douceur à mon front
planté dans le chi
le ciel nous regarde vivre
mouvements de ses nuages


Contempler  m'inspire
tout plein des couleurs de l'autre
les pieds sur la terre
ce matin Seurat m'invite
à célébrer chaque feuille








Lancement à la Bibliothèque de Charlesbourg, 
1er octobre 2011

Lecture d'extraits de Crayon, vélo, papillon

                                                         Avec Patrick Simon, Éditeur

                                                                                 


Couverture: Les pavots, aquarelle,  I995, par Marguerite Buteau Dorval

Recension de Lucy Pagé: p.42-45

Disponible en version numérique


Extraits:
     Lancement,  samedi 7 novembre 2009 à la Bibliothèque de Charlesbourg
       en présence d'une quarantaine de personnes.





Présentation du recueil Entre deux instants  par Jean Dorval
2009



Lecture d'extraits de Entre deux instants
par  Claire Bergeron et André Vézina
                                                                                     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire